Sénégal : Démocratie en danger

Blog de soutien à Jean-Paul et Barthelemy DIAS, opposants d'abdoulaye Wade, et prisonniers politiques dans une démocratie sénégalaise fragilisée. Communiqués de presse, contributions et revues de presse actualisées sur l'"Affaire DIAS".

22.11.06

LIBERATION D'UN INNOCENT : BARTHELEMY DIAS RETROUVE SA LIBERTE CE MERCREDI 22 NOVEMBRE A 19 H

La vérité a fini par triompher !
Après 3 mois et 10 jours de détention arbitraire et injuste, Barthélémy DIAS a été expulsé de la prison centrale de Reubeuss à Dakar.

Les gardes pénitentiaires font un appel tous les jours à 17 heures pour vérifier qu'aucun détenu ne s'est évadé !!!
Ce mercredi 22 Novembre, c'est à l'issue de l'appel des détenus à 17 heures, que les gardes s'approchent de Barth et lui signifient qu'il sera libéré ce soir.
Barth leur manifeste son étonnement, mais les gardes lui confirment son retrait de Reubeuss...

Deux heures plus tard, Barth qui n'a aucun moyen de contacter sa famille, se retrouve avec son baluchon dans un taxi, direction son domicile familial.
Inutile d'évoquer la réaction de sa maman, seule à la maison, qui était loin d'imaginer que son fils serait ce soir au pas de la porte!
Cardiaques abstenez vous de vivre au Sénégal.

Nous avons parlé ce soir à Barthélémy! il est en pleine forme, le moral toujours au beau fixe et toujours aussi déterminé à poursuivre notre combat pour la liberté. Ce combat nous permettra de retrouver la démocratie qui a disparue du Sénégal depuis 6 ans.

Restons vigilants et prions que Dieu nous préserve de tous ceux qui n'oeuvrent pas pour la paix dans notre pays.

Que Dieu nous protège, nous donne de vivre des élections libres, transparentes et dans la PAIX en février 2007.

MERCI à vous tous qui nous avez soutenu depuis le 9 Août dernier, date à laquelle les autorités sénégalaises ont lancé un assaut sur la famille Dias

Niche

15.11.06

Jean-Paul DIAS, leader du Bloc des centristes gaïnde (BCG -opposition), détenu 1 MOIS et 6 jours, en liberté provisoire depuis le 15 Septembre 06.

Barthélémy DIAS, Secrétaire Général de Convergence Socialiste (opposition), détenu 3 MOIS et 10 jours, libéré le Mercredi 22 Novembre 06.

13.11.06

AUDIENCE AVEC WADE : LE 1er Secrétaire du PS va demander la libération de Barthélémy

Audience avec le Chef de l'Etat : Ce que Ousmane Tanor Dieng va dire à WadeFace au président Wade lors de son audience prochaine, le discours d’Ousmane Tanor Dieng est déjà fin prêt. Il en a livré, avant-hier, samedi, les grandes lignes aux militants socialistes basés à Paris. Pour lui, il n’est pas question d’entrer dans un quelconque gouvernement d’union nationale à trois mois des élections. Le premier secrétaire du Ps ne manquera pas non plus de demander au chef de l’Etat la libération de Barthélémy Dias. Le processus électoral sera également au menu de leur audience.(Correspondance permanente à Paris) - Si les autres leaders de l’opposition reçus par le président Wade n’ont dévoilé leurs discours livrés au président de la République qu’au sortir de leur audience, Ousmane Tanor Dieng prend le sens inverse. Avant-hier, samedi, face à ses militants parisiens, le Premier secrétaire du Ps a défloré les grandes lignes de ses propos qu’il va tenir durant l’audience avec le président Wade. Et la formation du gouvernement d’union nationale que l’on prête au président Wade est au cœur de ses préoccupations. Même si cette proposition ne figure pas dans la lettre que le chef de l’Etat lui a adressée. ‘La presse a fait prévaloir que c’était pour un gouvernement d’union nationale. Mais la lettre qui nous a été adressée, ne contient pas la proposition d’un gouvernement d’union nationale. Le président Wade a dit dans un premier paragraphe qu’il veut renouer le dialogue, que le Pds a fait du bon travail dans son ensemble, mais qu’une fédération des énergies pourrait apporter un meilleur résultat. Il a proposé une date à laquelle il veut nous rencontrer. Et si nous sommes d’accord ou pas avec la date, on le confirmerait à son secrétariat’, explique-t-il à ses militants.
Pour le patron des socialistes, cette proposition de gouvernement annoncée est malvenue. ‘Pour ma part, je ne crois pas que l’on puisse, quand même, à trois ou quatre mois des élections, demander à ce qu’on l’on mette un gouvernement d’union nationale’, souligne-t-il. Avant de s’interroger : ‘Pourquoi faire ? Pour unir qui ? Dans quel but ?’. Et de répondre : ‘ Je ne comprends pas et c’est cela le problème. En tout cas, je continue à penser que c’est utile de le rencontrer pour poser un certain nombre de questions que lui seul peut résoudre. Par exemple, les questions liées aux élections, il est le seul à pouvoir les résoudre, le ministre de l’Intérieur ne peut pas les régler. Nous insisterons sur ces questions là et parmi d’autres’.
Si Tanor Dieng refuse, comme Abdoulaye Bathily de la Ld/Mpt, d’entrer dans un gouvernement d’union nationale, c’est parce que la priorité est ailleurs. C’est pourquoi ‘nous allons lui dire, soutient-il, que nous sommes à trois mois des élections législatives et présidentielles. Donc la question politique prioritaire, c’est de réunir les conditions pour avoir des élections libres, transparentes, régulières, non contestées, non bâclées’. Et cela est de son ressort et de celui de son gouvernement, croit savoir Ousmane Tanor Dieng. ‘C’est de sa responsabilité. Et nous veillerons que cette responsabilité soit assumée’, martèle le socialiste.
Le second point que le premier secrétaire du Ps abordera devant le président de la République concernera les libertés individuelles et publiques, sans oublier l’accès des partis de l’opposition à la Rts. ‘La deuxième chose, c’est du point de vue de l’ostracisme et du verrouillage des médias d’Etat. Cela touche à la question électorale parce qu’il y a une propagande déguisée qui s’est définitivement installée dans ce pays. Ce qui se passe au Sénégal est indigne d’une démocratie. Même dans les pays africains que je parcours, il y a une rubrique ‘Vie des partis’ où l’opposition est invitée à donner sa position sur des questions nationales’. Ce n’est pas tout parce que les socialistes n’oublient pas leur camarade Barthélémy Diaz en prison. Et Tanor demandera sa libération au président Wade. ‘Nous évoquerons cette question de Barthélémy Dias avec le président de la République pour demander sa libération parce que nous pensons qu’il a été inculpé et mise en prison dans des conditions inacceptables’.
Ces revendications qu'Ousmane Tanor Dieng posera sur la table présidentielle n’empêcheront pas qu’il réponde aux sollicitations du chef de l’Etat. Mais puisque rien n’est encore clair, il préfère attendre. S’adressant à ses militants, il a dit : ‘Maintenant ce qui intéresse Abdoulaye Wade, c’est à lui de le dire. Lorsqu’il posera ses préoccupations, nous répondrons’.
Malgré tout, les militants socialistes basés en France ont peur que ces audiences individuelles des leaders de la Cpa ne fragilise la coalition. Ousmane Tanor Dieng en profitera pour faire certaines remarques. En soulignant que ‘c’est normal que le président Wade essaie de disloquer, de diviser la Coalition populaire pour l’alternative (Cpa) parce que la coalition a pour objectif de le faire partir du pouvoir. Ce n’est pas étonnant ; c’est de bonne guerre’, concède-t-il. Mais il pense qu’il leur revient de faire en sorte qu’on ne puisse pas les ‘diviser’. Mais ‘si nous prêtons le flanc et qu’on laisse nous diviser, on ne doit s’en prendre qu’à nous-mêmes. C’est à nous de prendre nos responsabilités et savoir qu’Abdoulaye Wade a sa stratégie et nous avons la nôtre. C’est aussi simple que cela’. Avant de lancer avec un air convaincu qu'‘Abdoulaye Wade n’arrivera pas à diviser la Cpa parce que même en mathématique, on ne peut diviser que des nombres divisibles. Nous sommes des gens responsables et au-delà de nos personnes et de nos carrières, ce qui est en jeu, c’est l’avenir du Sénégal qui est au-dessus de nos carrières et de nos personnes. Si on se dit qu’on se réunit pour sauver ce pays de la situation dans laquelle elle est en train de s’embourber, je crois que nous devons tout faire pour rester unis, solidaires’.
En tout cas, pour le Parti socialiste, ‘la stratégie est de rester ancrer dans la Cpa. Quoi qu’il en soit, le Ps restera dans la Cpa. Il faut que cela soit absolument clair. Nous ne quitterons pour aucune raison la Cpa. Nous sommes dans la Cpa, nous croyons en la Cpa et resterons dans la Cpa. (…) ’, martèle son chef.
Le Premier secrétaire est revenu sur les raisons qui ont poussé son parti à répondre positivement à l’invitation du président Wade. Il a reconnu qu’il y a eu deux positions : celle qui était opposée à l’audience la trouvant même ‘inutile’, et l’autre qui pense qu’il est toujours bon d’aller à une invitation du chef de l’Etat. ‘Mais la majorité a pensé que ce serait difficile, qu’à une occasion aussi solennelle que la fête de Korité, que le président de la République lance un appel et que les gens refusent d’aller répondre, en ne sachant pas ce que l’opinion retiendrait de ce refus’.
Moustapha BARRY - Correspondant du journal WALFADJRI à Paris - édition du 13 Novembre 2006

12 AOÛT - 12 NOVEMBRE : 3 MOIS D'INJUSTICE POUR BARTHELEMY

Voilà aujourd'hui 3 mois que Barthélémy DIAS, leader de la Convergence Socialiste a été convoqué par la DIC et placé en garde à vue arbitrairement dans des conditions inhumaines.
3 mois qu'il a quitté son domicile, déféré au parquet, placé sous mandat de dépôt et conduit comme un malfrat à la prison du Camp pénal, déporté en catimini à Tambacounda.
Sous la pression des avocats, de sa famille, des responsables politiques, des médias, Barthélémy sera transféré à la prison de Rebeuss à Dakar, où il traverse une épreuve injuste, discriminatoire et raciste.
Nous saluons le courage de Barthélémy, sa dignité, sa droiture, son refus de se soumettre à un pouvoir finissant, dictatorial, un régime plongé aveuglément dans les méandres de l'ignorance, de l'incapacité, du despotisme, du terrorisme.
Barthélémy, la jeunesse sénégalaise que tu incarnes en ce jour est fière de toi. Nous espérons que tu feras partie d'un de ses modèles.
Tiens bon. Tu sortiras victorieux de cet acharnement, de cette persécution, de cette discrimination raciale, ethnique et sociale, dirigée à dessein à ton encontre en vue d'atteindre moralement et psychologiquement ton père Jean-Paul DIAS et toute ta famille.
C'est une peine perdue, étant donné que nous avons mis toute notre confiance en Dieu, lui seul est Maître de la justice et seule sa justice triomphera.
Que Dieu te bénisse Barth !
Mum