Sénégal : Démocratie en danger

Blog de soutien à Jean-Paul et Barthelemy DIAS, opposants d'abdoulaye Wade, et prisonniers politiques dans une démocratie sénégalaise fragilisée. Communiqués de presse, contributions et revues de presse actualisées sur l'"Affaire DIAS".

12.10.06

2 MOIS D'INJUSTICE POUR BARTH

12 août - 12 Octobre : Depuis 2 mois Barthélémy DIAS est privé injustement de sa liberté.
Et pourquoi ? parce qu'il aurait "tenu des propos outrageants à l'encontre d'un magistrat dans l'exercice de ses fonctions".
mais s'est-on posé la question de savoir ce qui l'aurait conduit à tenir d'éventuels propos, si tant est que la preuve de ces propos soit rapportée ?
c'est bien connu, nous restons tous sereins, lorsqu'en arrivant chez nous, la maison est fracassée, notre mère battue par la police baigne dans son sang, que l'on apprend que notre père a été embarqué en pyjama dans un fourgon pour une vulgaire enquête sur sa nationalité sénégalaise. pourquoi s'énerver pour si peu ???!!!
n'est-ce pas plus outrageant d'enquêter sur la nationalité sénégalaise, d'un ancien député sénégalais, Ministre du gouvernement sénégalais, vice-président de l'assemblée nationale sénégalaise... ?
surtout lorsque que l'on sait que Jean-Paul DIAS aurait pu assurer l'intérim du Président de la République en sa qualité de Vice-président de l'assemblée nationale et ce en cas de vacance du pouvoir.
qui a osé confier à un "pseudo étranger" autant de responsabilités étatiques ?
Pour revenir à Barthélémy puisque c'est lui qui purge depuis deux mois une peine de prison, rappelons qu'il a été interpellé à dakar le 12 août, soit 3 jours après l'arrestation de son père.
Inutile de vous dire que sa mère Christiane DIAS a honoré sa mission de maman comme il se doit, elle a montré ce que signifiaient courage, sérénité, dignité...autant de qualités que nous aimerions tous cultiver face à une telle épreuve. Elle poursuit d'ailleurs cette mission depuis deux mois, affronte les "accueils sympathiques" de certains gardes pénitentiaires, puisque c'est elle qui tient à porter à Barth son unique repas de la journée tous les midis. enfin tous les midis, c'est bien réducteur puisque Mme Dias passe ses après midi à Reubeuss : elle arrive aux environs de 13 heures et attend que Barth termine son repas pour reprendre les contenants, cela souvent entre 16h et 17h. Et parfois quand ils ont vraiment décidé d'être "sympas ces gardes pénitentiaires", Mme Dias peut passer la soirée dans les rues de Reubeuss et ne quitter qu'à 19 heures. Heureusement qu'ils n'ont pas tous le même profil ces gardes, la majorité d'entre eux ont de grandes qualités humaines.

Alors c'était une parenthèse, revenons à l'interrogatoire de Barthélémy : il a été interrogé au sujet de propos enregistrés sur un CD, détenu par la police; propos qu'il aurait tenus dans la résidence de ses parents, un cadre privé, le 9 août, jour de l'arrestation de son père.
Barth a été interrogé sur sa nationalité sénégalaise; et oui difficile d'y croire, mais les questions ressemblaient étrangement à "quelles sont les preuves que vous êtes sénégalais ?"
j'aurais volontiers retourné la question à l'individu qui se chargeait de l'audition de Barth; mais vous Mr de la police qu'est-ce qui vous fait dire que vous êtes sénégalais ? allez dites le nous !!!
Barth nous allons te le dire, ton seul tort c'est de t'appeler DIAS, au sénégal l'on dit encore c'est un nom à "consonnance étrangère". A l'heure où certains revendiquent le panafricanisme, l'intégration africaine, nous au Sénégal, nous en sommes aux classifications ethniques. il ne fait aucun doute que ce sujet est porteur, le développement économique de notre pays en dépend.
et que dire de la peine de 6 mois ? pourquoi celle de barthélémy devrait être plus lourde que celle de son père Jean-Paul DIAS ? "l'outrage à magistrat" couterait-il plus cher au Sénégal que "l'outrage au chef de l'Etat" ? qu'en est-il de l'outrage à un honnête citoyen pour enquête sur sa nationalité sénégalaise qui ne fait aucun doute ?
les sages avaient raison de dire qu'au Sénégal on ne voit jamais celui qui provoque, on ne juge que celui qui riposte !!!
et que dire de la balade dans trois prisons du Sénégal à laquelle a du s'astreindre Barth
du 12 au 25 Août : petit séjour au camp pénal de liberté 6
du 26 août au 19 septembre : déportation à Tambacounda, avec accident de la circulation s'il vous plait comme cerise sur le gâteau.
depuis le 19 septembre : Résidence REUBEUSS cellule 42 ou 43 ?
sachez que juste à côté, cellule 40, une bagarre entre deux détenus la semaine dernière, a entraîné la mort de l'un deux. Quand on vous dit que la vie à reubeuss ce n'est pas la vie au bord de la mer.
Certains ont déjà oublié Barth, vaquent à leur obligation tranquilement, et oui ce n'est pas simple de soutenir pendant 2 mois, mais pour rappel sachez que la peine n'est pas de 2 mois mais de 6 mois et sans votre soutien, il ne sera pas facile de tenir le coup.
que dire du silence de certains hommes politiques de l'opposition qui avaient prétendus qu'ils exigeraient la libération de Barthélémy et que tant que celle-ci ne serait pas acquise, ils ne mèneraient aucune discussion avec le pouvoir ?
non le silence n'est pas d'or en la circonstance. Ce combat c'est le notre mais c'est également le vôtre chers leaders de l'opposition. Le pouvoir vous ne le gagnerez pas en restant confiné dans vos fauteuils moelleux. Ne lâchez pas Barth, retenez qu'il est partie intégrante de l'avenir de notre pays.
quid des éléments de preuve pour inculper Barth ? un tour de magie et hop entre le jugement de première instance et l'appel nous sommes passés de CD à des articles de journaux... la constance dans l'accusation, je vous mets au défi de la trouver. Ce n'est pas simple de prouver un délit inexistant : un jour CD, le lendemain journaux et ainsi va la vie au pays de Ndiombor.
Espérons qu'un sursaut de lucidité envahisse tous les acteurs en ce mois béni du Ramadan et que nous fassions preuve de clémence les uns vis à vis des autres.
en attendant, comptons sur dame justice le 18 octobre pour qu'enfin le droit soit dit et que Barthélémy puisse retrouver sa liberté, ses amis, sa famille notamment ses deux enfants dont l'un a tout juste un an.
Niche

9 Comments:

  • At 3:10 AM, Anonymous abdou said…

    excellent article. vous avez bien raison de tourner à la dérision un sujet d'une telle gravité. c'est honteux que les leaders ne continuent pas de condamner cette arrestation arbitraire. Barthélémy mérite plus et la justice lui donnera raison.

     
  • At 3:12 AM, Anonymous ousmane said…

    j'ai lu dans la presse que barthélémy avait décidé de distribuer du "sukarou koor" à ses co-détenus. man tu es vraiment cool, tu as de vrais valeurs, don't worry dieu paie les coeurs et le tien est nickel.
    je te respecte

     
  • At 2:30 PM, Anonymous A friend said…

    2 mois et j'ai l'impression que cela fait deja 6 mois de cela. Comme quoi au Senegal, les gens sont amnesiques. Ils vous soutiennent pendant 2 ou 3 jours et apres ils vous mettent aux archives. Depuis quand les journeaux ne parlent plus de Barthelemy? Depuis quand les hommes politiques n'evoquent plus ce sujet? Depuis quand l'homme "alpha" n'en parle plus dans son salon? Je vous laisse mediter sur ces questions car dites vous bien qu'avec ce qui arrive a Barthelemy, nul n'est a l'abri d'une telle injustice.

     
  • At 2:35 PM, Anonymous Liberte said…

    Je tire le chapeau a Barthelemy car je ne connais pas beaucoup de jeunes qui pensent au Senegal, a l'avenir de leur pays. Tout ce qui les interesse, c'est leur propre avenir, quel egoisme!!!Mais un jour viendra ou vous comprendrez que votre avenir passe par celui de votre pays. Tant que vous n'aurez pas compris cela, vous continuerez a mourir par centaines sur les pirogues ou a faire du "gorgorloo" dans les rues du Senegal.

     
  • At 11:45 AM, Anonymous Foxy Arnold said…

    DEMOCRACY IN PERIL......

    This report paints a bleack picture of democracy and human rights in Senegal,where there are still severe restrictions on freedom of expression and association, and the judicial system lacks independence,democracy also needs respect for other human rights to provide the conditions for democracy to become embedded, and to withstand the inevitable strains of its development...
    There was a tremendous popular support for change(sopi)...change was the slogan of wade and his party. But that pressure for change again exhausted itself with the change of leadership, the president started taking the same kind of steps to prevent a free political process that his predecessor had taken, almost carbon-copy steps, the ones that were taken by the former head of state..
    How can the senegalese regime can continue to pretend that their fight against imperialism and more, when it impoverishes the people it rules and arrests those organising against this crushing poverty..
    Jean Paul Dias since realeased and his political activist son Barthelemy Dias currently awaiting his appeal are state prisoners, and the state WILL be held accountable...

    The struggle continues.......

     
  • At 4:33 PM, Anonymous Coumba said…

    Très bien écrit cet article. Espérons que l'opposition sera également sensible à ces paroles et qu'ils interviendront en faveur de la libération de Barth.....
    Chers leaders de l'opposition, aidez nous à lutter contre cette injustice ....2 mois c'est long quand on n'a absolument rien à se reprocher....
    Bon courage à toute la famille Dias

     
  • At 7:05 PM, Anonymous A ver concerned Foxy said…

    Le Senegal mobilise une fois de plus les attentions de la communaute internationale.Je deplore les graves atteintes aux droits humains,et signale surtout que les journalistes et opposants politiques sont la cible de manoeuvres de harcelement,d'agression et de placements illegaux pour avoir critique le pouvoir autocratique de Mr Wade,l'example des Dias est toujours dans nos memoires.
    L'impunite pour les atteintes aux droits humains constitue l'une des plus graves menaces au plein exercice des droits et libertes de la personne humaine,ce musellement du politique marque une regression democratique patente,une volonte de controle de toutes les formes d'expression et un processus de criminalisation de l'activite politique, nefastes a une societe democratique.
    J'exprime ici ma vive preoccupation a l'egard de ces faits qui constituent une violation flagrante de la declaration des droits de l'homme dont le Senegal est signataire...
    Barthelemy Dias demeure la voix de miliers de senegalais

     
  • At 1:54 PM, Anonymous Tamba said…

    Plus que deux jours pour que l'on soit fixe. On verra bien vite si la soit disante justice senegalaise va se ridiculiser un peu plus!!!

     
  • At 2:03 PM, Anonymous Kheush said…

    La justice senegalaise s'amuse avec la liberte d'un etre humain, d'un pere de famille mais ces individus qui acceptent de se faire manipuler paieront tot ou tard. Barthelemy il ya quelque mois de cela, je n'avais jamais entendu parler de toi et aujourd'hui tout les senegalais te connaissent, ne serait ce que de nom. Tu soriras donc grandi de cette situation. Puisse justice se faire. Amin!

     

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home